AccueilCarnets de voyageHistoires de synchronicités

Pérou – Histoires d’intuition

Je vous ai déjà raconté le jour ou je suis partie en voyage du jour au lendemain, sans billet retour ?

C’était il y a presque 1 an. 1 mois après avoir lâché ma vie de salarié et mon CDI. J’étais libre. 

Le premier jour de cette nouvelle vie, la première heure de cette journée, j’ai allumé la télé et j’ai regardé Arte. Une émission sur la Vallée Sacrée au Pérou. L’endroit coup de cœur de mon premier voyage hors du continent, 2 ans auparavant. (Tiling-tiling !)

Puis, les semaines sont passées. J’ai revu de vieilles connaissances. En 3 semaines, 3 personnes, 3 histoires sur cette Vallée Sacrée. (Tiling-tiling !)

A cette époque, j’avais atteint un point de non retour. Persuadée d’être folle, sans aucune confiance en moi, perdue entre mes intuitions et mes pensées. Mon cœur était déchiré, et j’avais un « deuil » à faire de mon ancien moi. Un choix à faire. Une page à tourner. 

En parallèle, je sentais depuis des mois que je ne passerai pas l’été à Bordeaux. A partir de février, j’ai commencé à ranger mon appartement, à trier, à jeter, à nettoyer, sans comprendre pourquoi. 
En Avril, je me suis levée un dimanche matin, et j’ai fais ma valise. Une partie pour du froid, une partie pour du chaud. J’entendais cette phrase dans ma tête : « ça n’a aucun sens ». Mais je continuais. 

Cette valise, prête, est donc restée un mois dans ma chambre, à attendre, sagement. Et moi, j’étais incapable d’expliquer à mes proches ce qu’elle faisait là.

Le dernier week-end de mai fut le coup de grâce. Une déception, un ras le bol général. J’appelle un ami en voyage en Amérique du sud depuis quelques mois. « Dans 4 jours, je prends l’avion et j’atterrie à Cusco, dans la Vallée Sacrée ». (Tiling-tiling !)

Je n’ai pas dormi de la nuit. Je savais. 

Le lendemain, j’ai pris mes billets. MON billet, sans retour. 

S’en est suivi une des plus belles expériences de ma vie : affronter ma peur de l’inconnu, moi qui m’étais pourtant jurée que JAMAIS je ne partirai seule en voyage. Je n’avais aucune sécurité financière, aucune route tracé, aucun objectif en tête, sans personne qui m’attend, nulle part. Je savais simplement que je devais ÊTRE là-bas. 

Le plus dur fut cette angoisse à affronter chaque matin, au début, parce que tu ne sais pas quelle tournure prendra ta journée. 

Comment j’ai fait ? J’ai écouté. 
Ces petites voix, mon intuition. 

Qu’est ce que j’ai appris ? 
A lâcher prise…

📸 La photo illustre un moment particulièrement Sacré de ce voyage. Une flute de Pan, à 4000 m, sur ce “Chemin des Incas”, dans un endroit qui pulse fort, après une ascension sportive. Et mon coeur, que je sens s’ouvrir un peu plus à chaque note.

___________________________________________________________________________

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence au site  https://yo-soy.fr/
  • que vous mentionniez le nom de Marine Madrid

___________________________________________________________________________

Vous souhaitez réagir ? Lien vers la publication Facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *